Pierre Buffet,
L’Esprit de l’île –
Mémoires de Port-Cros

râce à son enfance insulaire, Pierre Buffet est le témoin privilégié de l’esprit dans lequel sa famille s’est consacrée, dès les années 20, à la protection de l’Île de Port-Cros.
Découverte à la fin de la Première Guerre mondiale par sa grand-tante, Marceline Henry, venue s’y réfugier avec son compagnon, le poète Claude Balyne, cette petite île au large d’Hyères les émerveille. Bientôt, ils sont rejoints par l’époux de Marceline, le notaire et entomologiste Marcel Henry.
Aidés par les futurs parents de Pierre, Christiane et Robert Buffet, le trio va s’efforcer de préserver la beauté et la sauvagerie de Port-Cros, non sans un certain idéalisme préfigurant la vision écologique moderne. Mais, faute de fortune personnelle, il faut bien assurer la survie du groupe familial : une petite auberge acquise sur le port de Port-Cros est transformée dès 1922 en Hostellerie Provençale, et plus tard, devant le succès de l’entreprise, l’ancien château du Duc de Vicence devient Le Manoir.
La renommée du lieu se répand vite et attire des écrivains, des scientifiques et des artistes qui soutiennent la cause de Marcel et Marceline Henry et la ferveur de Christiane et Robert Buffet. Pendant les années 30, l’île tout entière et ses habitants bénéficient d’un regain d’activité qu’entraîne ce nouveau tourisme raisonné : des chemins sont tracés, des lieux réhabilités, des emplois créés, des animaux et des plantes répertoriés, des estivants charmés. «Ceux qui ont pu s’implanter dans cette île, écrit Pierre Buffet, avaient un “supplément d’âme”. Ils ont su se nourrir de la poésie de ce lieu et s’en sentir solidaires – au point souvent de ne pouvoir s’en arracher. Si bien que, croyant posséder leur île, ils en ont été possédés
Après les dommages de la Seconde Guerre mondiale, il faut reprendre le joug de la défense de Port-Cros, malgré les difficultés financières persistantes et les procès qui, depuis toujours, ont opposé les Henry aux propriétaires successifs de l’île. Enfin, une décennie après la mort de Marcel Henry et trois années avant celle de Marceline Henry, qui y avait instauré une forme de «féodalité sentimentale», l’île devient «Parc national» en 1963, grâce à leur ami André Malraux.
À travers les Mémoires de Pierre Buffet retraçant son propre destin insulaire et celui de ses proches, ce livre dessine l’histoire sensible d’un lieu singulier. Cette «autobiographie» d’une île se veut aussi une réflexion sur l’expérience individuelle et commune que Port-Cros, par miracle, représente toujours. «Bien qu’ils se soient entièrement dévoués à cette terre, les Henry et les Buffet n’ont jamais voulu la posséder égoïstement, mais en ouvrir les merveilles à leurs contemporains et en assurer la transmission intacte aux générations futures.» C’est cela, «l’Esprit de l’île» : même si Port-Cros échappe désormais à un rêve personnel, il semble essentiel d’en conserver l’exemple et d’en inspirer l’avenir…

Pierre Buffet, né en 1930, est le petit-neveu de Marcel (1880-1953) et Marceline Henry (1884-1966), et leur héritier. Depuis 1966, il est le propriétaire à Port-Cros de l’hôtel le Manoir, qui perpétue l’esprit instauré par ses parents, Christiane (1905-1994) et Robert Buffet (1904-1992), à l’Hostellerie Provençale de 1922 à 1968.

 



(À paraître en 2015 : Port-Cros, les Vacances de La NRF)



• Entretien avec Claire Paulhan
• Collection « Pour Mémoire »
• 209 photographies et cartes postales d’époque, reproduites en quadrichromie
• Repères chronologiques.
• Tiré à 1000 exemplaires, composés en caractères Garamond, Stencil et Gill Sans sur papier Symbol Tatami Ivory 115 gr (Fedrigoni) et sous couverture Plike Royal Blue 330 gr. (Papyrus), par l’imprimerie Renon à Ruelle-sur-Touvre.
• Parution : 1
7 octobre 2014.
• Format : 15 x 21 cm.
• 288 pages.
• PVP : 32 euros
• ISBN : 978-2-912222-46-6


 


© Éditions Claire Paulhan   •  Mentions légales   •  Conditions Générales de Vente